CHRISTOPHE ALZETTO
ARTISTE PLASTICIEN

JOURNAL : 2018

Site en cours de rénovation : contenu partiel et provisoire. Cette présentation du site étant hybride et temporaire, une parfaite accessibilité ou un comportement graphique exemplaire ne sont pas garantis. Merci de votre compréhension.

À l'instar d'un blog, sans l'interaction, cette rubrique présente un journal de bord de l'artiste : réflexions à la volée, photos d'atelier, photos ou vidéos d'étapes de réalisation, photos ou vidéos de vernissage ou d'expo, relais d'articles de journaux ou de reportages web...

En attendant la reconstruction du site, vous avez ici accès à une bonne part des billets de 2016 à 2019. À terme, ils seront complétés par les plus récents billets mais aussi les plus anciens, puisque les publications de 2008 à 2015 ont été archivées et en attente de redéploiement.

Articles 2018 :  25/05/18 Parution du livre Quasi/Mo... -  19/05/18 Suaire -  19/05/18 Recto verso, corps et âme -  10/05/18 Monstre(s) -  28/04/18 Quinzaine des arts visuels... -  19/03/18 France 2, Télématin, Saâcy... -  01/03/18 La Marne, 28 février 2018 -  28/01/18 Nuits

Articles 2019 -  Articles 2017 -  Articles 2016



2018

 
25/05/18 Parution du livre Quasi/Modo Extra/Modum
Alzetto,christophe alzetto,chrisalz,artiste plasticien,meaux,bretonnier,christine bretonnier,sylvie vignes,giono,jean giono,monstre,monstres,ogre,minus,quasimodo,ogresse,quasi/modo extra/modum,maïa,editions maïa,monstres dans l'oeuvre de giono

Parution du livre Quasi/Modo Extra/Modum — Du minus à l'ogre dans les récits de Giono, par Christine Bretonnier, dans la collection Savoirs partagés aux éditions Maïa. Préface de Sylvie Vignes.

« Photo couverture : Monstres, œuvre originale de Christophe Alzetto. Christophe Alzetto est un artiste plasticien connu pour ses peintures-collages jouant avec les codes de représentation du visage, dans le foisonnement de formes et de matières enchevêtrées. Il aborde les thèmes de la lisière, de l'inextricable, du trouble de l'interprétation, du labyrinthe et du passage secret. Ses toiles figuratives ou abstraites, comme ses scénographies monumentales, mêlent poésie visuelle et inquiétante étrangeté pour une expérience latente de l'altérité, en ce qu'elle a d'intime et d'inaccessible, de fascinant et de monstrueux. »

Commander l'ouvrage aux éditions Maïa

 
19/05/18 Suaire
Alzetto,christophe alzetto,chrisalz,artiste plasticien,christine bretonnier,bretonnier,giono,jean giono,proal,jean proal,monstre,monstre(s),monstres,suaire,pareidolie,tristesse,imbibition,recto,verso Alzetto,christophe alzetto,chrisalz,artiste plasticien,christine bretonnier,bretonnier,giono,jean giono,proal,jean proal,monstre,monstre(s),monstres,suaire,pareidolie,tristesse,imbibition,recto,verso

« Fin 1999 ou début 2000, alors que j'étais jeune professeur, j'étais saisi par la tristesse infinie d'un visage de petite fille.

Une gouache fraîche, de l'encre et un mauvais papier traînaient sur mon bureau. Démuni devant le mutisme doux mais insondable de l'enfant, j'eus la compulsion de saisir, discrètement, cette opacité aveuglante, si touchante, en quelques coups de pinceaux.

L'esquisse a séché, cependant que jamais je ne pus percer à jour le secret de cette tristesse. La gouache avait figé un portrait de chair et de peau, approchant plutôt bien la forme extérieure, mais elle ne faisait rien d'autre que narguer mieux encore mon impuissance à saisir l'ineffable.

Pourtant, plus tard, quel saisissement en retournant le support !

La matière et le temps, les imperfections du papier, les hasards des imbibitions et du séchage, avaient fixé malgré moi, sans moi, l'image latente, la vision révélée que je n'aurais su comprendre ni figurer.

Comme un Suaire, la matière s'était mystérieusement imprégnée de l'âme, par la condition de l'absence. Le verso de mon petit portrait devenait son fantôme lumineux et sa vérité, son essence débarrassée de la pesanteur de la chair.

Nulle paréidolie ne fut pour moi plus étourdissante que celle-ci. Et aujourd'hui encore, je reste perplexe.

J'ai conservé précieusement ce portrait dont je n'ai pas fait l'essentiel, tel quel. Étonnamment, il fut l'un des rares dessins à survivre à l'incendie de ma maison fin 2015, alors que des milliers d'autres ont brûlé.

18 ans après, j'ai souhaité rendre justice à ce précieux artefact, qui garde son mystère, en le présentant recto verso au public, corps et âme. »


Christophe Alzetto


La poétesse et essayiste Christine Bretonnier, qui a écrit quelques lignes sur l'œuvre Monstre(s), a été touchée par ce visage que d'évidence nous avons surnommé le Suaire. Elle a souhaité y adjoindre ces quelques mots de sa plume ainsi qu'une citation de Jean Proal, écrivain ami de Giono.


« Au seuil de l'impensé… Quand le regard est cendre. »

« Tout à la fois inquiet et inquiétant, le portrait se déploie ; l’autre visage reste, croît et décline comme étant inclus dans « le même ». Sa fin est inscrite dans son commencement, comme si, aidée en cela par la perméabilité magnétique du papier ou de la toile, l’âme du portrait se révélait vivante et immortelle, dans l’attente inépuisable d’un salut. »

Christine Bretonnier


« Il n’y a pas d’autre vie en elle que ce regard qu’elle ouvre devant ses yeux, un regard pourtant où rien de vivant ne remue : ni surprise, ni reproche, ni regret, ni joie. »

De sel et de cendre, Jean Proal

Ce document a été réalisé pour l'exposition Visages Latences. Télécharger sa version PDF

 
16/05/18 Recto verso, corps et âme
Alzetto,christophe alzetto,chrisalz,artiste plasticien,meaux,suaire,recto verso,recto,verso,dispositif de presentation,bossuet,salle du patrimoine,table en marbre,socle Alzetto,christophe alzetto,chrisalz,artiste plasticien,meaux,suaire,recto verso,recto,verso,dispositif de presentation,bossuet,salle du patrimoine,table en marbre,socle Alzetto,christophe alzetto,chrisalz,artiste plasticien,meaux,suaire,recto verso,recto,verso,dispositif de presentation,bossuet,salle du patrimoine,table en marbre,socle

Dispositif de présentation d'une gouache et encre sur papier de 1999/2000. Lampes articulées sur leur socle de fonte, entre-deux verres rembordés, en insertion sur leur socle en pin des Vosges fini au brou de noix et cire d'abeille. Table de marbre de la Salle du Patrimoine, ancienne demeure de Bossuet, Cité épiscopale de Meaux.

 
10/05/18 Monstre(s)

Monstre(s) est une œuvre récente, et pour le moins singulière parmi les œuvres peintes de Christophe Alzetto.

Visuellement, on y retrouve certes le langage habituel de l'organique, du morcellement, de l'enchevêtrement et de la profusion ; la résine, le satiné, le nacré, la cerne à l'encre de Chine et la lisière incertaine.

Cependant, la figure féminine s'y révèle plus dramatiquement hideuse, loin des effets gracieux auxquels l'artiste nous avait habitué.

L'étrangeté fascinante du corps figuré ne surprendra pas cependant les plus familiers de l'œuvre de Christophe Alzetto, dans laquelle la représentation du féminin porte viscéralement l'inquiétante étrangeté, et se fait imago (monstrant et masquant, hide) d'une altérité cruelle.

Déjà dans sa série des Palettes négatives, initiée en 2000, l'artiste associait deux visages, l'un d'apparence anodine, l'autre inquiétant, les deux formant une association étrange de réciprocité, connectés par de tentaculaires serpentins. Depuis ses toiles d'une seule figure portent toujours le nom Visages au pluriel.

 
Alzetto,christophe alzetto,chrisalz,artiste plasticien,christine bretonnier,bretonnier,giono,jean giono,monstre,monstre(s),monstres,tentacules,crevette,psychanalyse,janus,minus,foetus,ogre,ogresse Alzetto,christophe alzetto,chrisalz,artiste plasticien,christine bretonnier,bretonnier,giono,jean giono,monstre,monstre(s),monstres,tentacules,crevette,psychanalyse,janus,minus,foetus,ogre,ogresse

Monstre(s) est en fait une œuvre de commande pour la première de couverture de l'ouvrage QUASI / MODO, EXTRA / MODUM, du minus à l’ogre dans les récits de Giono, de l'auteur Christine Bretonnier, spécialiste reconnue de Jean Giono.

La dimension fortement psychanalytique de la représentation que Christophe Alzetto propose de cet essai de Christine Bretonnier, guidé en cela par l'avant-propos éclairant de Sylvie Vignes, est au fond une entrée rare et des plus intéressantes pour un peu mieux voyager encore dans son œuvre labyrinthique.

L'auteure a souhaité prêter l’œuvre issue de sa collection personnelle, à l'occasion de l'exposition Visages Latences, quelques semaines avant la parution officielle de son nouvel essai. Elle nous fait l'honneur de quelques mots écrits pour la circonstance :


Méduse, l’une des trois Gorgones ; son pouvoir mortel, ses dents de sanglier et sa chevelure où s’agitent de venimeux serpents, font d’elle l’une des plus terribles créatures de la mythologie grecque. Infinie laideur ou au contraire étrange beauté ?

L’œuvre « Monstre(s) » de Christophe Alzetto est plus complexe qu’il n’y paraît. À la gauche du tableau, se détache un fœtus affublé d’une tête rosâtre. La bienséance arrête l’indiscrétion du pinceau et l’on reste perplexe. La confusion et l’incertitude inhérentes à l’état embryonnaire captivent l’esprit et l’imagination. La mutation graphique aidant, le fœtus quitte le contexte abortif ou décoratif pour entrer dans une composition plus large, symbolique et esthétique. À la droite du tableau, s’érigent des seins opulents au-dessus d’une vaste bouche béante, figure de la vagina dentata, censés violenter le spectateur et l’estomaquer par le dessin grotesque poussé jusqu’au monstrueux.

Christophe Alzetto use de l’agressivité thématique et de la disparité formelle. La défense virulente de la déformation prend le contre-pied des vers de Baudelaire, véritable topos à l’époque :

Je hais le mouvement qui déplace les lignes,
Et jamais je ne pleure et jamais je ne ris.
Charles Baudelaire, « La Beauté », Les fleurs du mal, 1857

Christine Bretonnier, Docteur ès lettres, poète et essayiste,
spécialiste de Giono.


L'essai QUASI / MODO, EXTRA / MODUM, du minus à l’ogre dans les récits de Giono paraitra en juin prochain aux éditions MAIA



Ce document a été réalisé pour l'exposition Visages Latences. Télécharger sa version PDF

 
28/04/18 Quinzaine des arts visuels de Meaux
Alzetto,christophe alzetto,chrisalz,artiste plasticien,meaux,quinzaine des arts

Brochure de la Quinzaine des arts visuels de Meaux, pages 8 et 9. Brochure téléchargeable en version intégrale (PDF) ici.

VISAGES, LATENCES
Exposition de peintures-collages et dessins de Christophe Alzetto

Depuis plus de 20 ans, Christophe Alzetto peint des visages féminins, d'abord dans l'intention de saisir le furtif, puis de le générer.
Ses représentations, peintures-collages faites d'entrelacs de formes, de lignes, de matières, de couleurs et d'objets se disputant l'effet de figuration, offrent un labyrinthe visuel déroutant, parfois dérangeant, souvent fascinant.

Entre informe et stéréotype, l'artiste s'amuse avec les inexactitudes morphologiques, les déséquilibres, les réflexes d'interprétation et les codes de représentation, accélérant et diluant tout à la fois notre regard dans une profusion d'événements plastiques.
Ainsi questionne-t-il la subjectivité de nos constructions mentales, tant le visage — féminin pour lui — est un paysage fantasmé, qu'on extrapole bien plus qu'on observe, rendant cet objet-lieu, présumé si intime, finalement profondément étrange et étranger.

Les figures féminines de Christophe Alzetto émergent du chaos et se fabriquent en nous-mêmes, latentes et instables, en fonction de nos intimes stéréotypes.
Tandis que les chevelures abolissent les lisières du visage et du vide dans un enchevêtrement quasi forestier, c'est le regard, insondable ou plein de lumière, qui en est l'ancre.

Outre une quantité appréciable de toiles, restaurées pour certaines suite à l'incendie qui a failli anéantir son oeuvre en 2015, l'artiste nous fait découvrir sa série de dessins nus ou encadrés "En attendant que ça sèche", alternant son travail massif avec la légèreté de fantaisies graphiques sur papier.

Christophe Alzetto a habité près de 30 ans à Meaux. Il est connu comme graphiste et portraitiste, peintre-collagiste, mais aussi artiste installeur, scénographe... Sa dernière exposition meldoise date de 2010.

http://www.christophe-alzetto-artiste-plasticien.com

 
19/03/18 France 2, Télématin, Saâcy sur Marne

L'émission Télématin a consacré lundi 19 mars un petit reportage au Café culturel C'est déjà ça de Saâcy sur Marne, mettant en valeur l'exposition de Christophe Alzetto pour l'occasion.


 
01/03/18 La Marne, 28 février 2018
Alzetto,christophe alzetto,chrisalz,artiste plasticien,seine et marne,saacy,saacy sur marne,77,art,expo,exposition,cafe culturel,c'est deja ça

Article également paru avec un rédactionnel identique dans Le Pays Briard du 27 février.

 
28/01/18 Nuits
atelier,alzetto,christophe alzetto,chrisalz,nuits,sept-sorts,77,atelier d'artiste

 
Haut de page