CHRISTOPHE ALZETTO
ARTISTE PLASTICIEN

SCÉNOGRAPHIE

Site en cours de rénovation : contenu partiel et provisoire. Cette présentation du site étant hybride et temporaire, une parfaite accessibilité ou un comportement graphique exemplaire ne sont pas garantis. Merci de votre compréhension.

La scénographie est une "méta-installation". C'est un espace global, à habiter, à visiter, à vivre, dans lequel se déplacer, généralement pour rencontrer d'autres œuvres. Elle se rapproche du concept théâtral de "mise en scène", la mise en scène d'œuvres, à ceci près que la "scène" n'est pas un espace distant du public, bien au contraire.

Une scénographie va donc "mettre en scène" une exposition, sublimant les œuvres qui l'habitent tout en étant, à divers degrés, œuvre elle-même. Au plus haut degré, elle peut être auto-suffisante, c'est-à-dire proposition spatiale et sensorielle immersive qui se passe d'obets à présenter en son sein. Les termes environnement et installation immersive peuvent alors être appliqués, à ce qui relève autant de la scénographie que de l'installation : les limites entre instalaltion et scénographie ne sont pas toujours claires.

La scénographie pourra être intérieure ou extérieure, le plus souvent éphémère, parfois participative, évolutive, et convoquant de nombreux outils sensoriels excédant le champ strict des arts plastiques (musique, lumière, art vivant...). Elle accorde généralement une grande importance au parcours visuel et déambulatoire, au sens, à la segmentation.

Une exposition est toujours pensée en terme de parcours, de regroupements d'œuvres, de lumière, de traitement... mais on ne parlera réellement de scénographie qu'à partir du moment où tout ce déploiement assume de cesser d'être discret, pour se constituer en temps qu'œuvre.

Christophe Alzetto a accordé une grande importance à la scénographie dès le début de son activité artistique. À l'université, il produit des performances où le son a souvent beaucoup d'importance, et qui relèvent souvent de la scénographie, en impliquant le plus souvent les notions d'habitation et de parcours. Perfectionnant ses fabrications de tasseaux, de bâches et de tuyaux (assemblages et cabanes), il en viendra à se servir de modules cubiques habitables qui rythmeront plusieurs de ses scénographies. Le son, la vidéo, le brouillard, les lumières de couleur, les thèmes du labyrinthe et du passage secret, deviendront sa marque de fabrique.